"Dans l'ombre de la lumière, il n'y a que le jour qui fait de l'ombre"

Thon phon

GENKI DOJO
6 boulevard Camille Flammarion - 13001 Marseille
© Ass. genki 2001-2021
Site créé par : IS-DS

武法 

MUSHO  

Le kanji 武 désigne en japonais la chose militaire ou la bravoure.
Rattaché au kanji 士, il désigne le guerrier (武士).
Assemblé avec le kanji 法, qui signifie "règle" ou "loi", on peut donc le traduire par la "doctrine du guerrier" (武 法).
Il se présente comme un art martial au sens propre du terme, fondé sur des techniques de combat pragmatiques issues d'anciennes écoles japonaises, qui vise au développement global de l'individu.
 

D'un point de vue technique, le Musho est une excellente méthode de self-défense.
Ses exercices de formation corporelle en font une activité physique particulièrement complète.
En se basant sur la pratique régulière d'exercices et de principes précis, le pratiquant devra s'approprier les mouvements.
Le Musho fait étudier le combat sous toutes ses formes et toutes ses distances: percussions, techniques de lutte, combat au sol, combat avec armes, contraintes articulaires...
 

D'un point de vue pratique, le Musho développe l'adaptation, la proprioception, l'équilibre... Ces qualités physiques visent à découvrir le pilier qui soutient les émotions & permettent ainsi le contrôle des sentiments.

"SHIN GI TAI ICHI"

Littéralement, cette expression signifie "le cœur & le corps ne font qu'un". C’est la finalité profonde du Musho. À ce niveau, le pratiquant doit être capable de s'exercer à n'importe quel style. Pour ce faire, en parallèle aux différentes techniques physiques du Musho, il aura recours à la méditation.

Cette dernière, dans un premier temps, sert essentiellement à calmer le système neuro-végétatif du pratiquant, afin de lui permettre de mieux mobiliser son attention lors de l’apprentissage. Ensuite, l’usage régulier de la méditation lui apprendra à se centrer sur l'instant présent. Il obtiendra ainsi la capacité d’effectuer l'action juste à l'instant "T". Il devrait être alors capable de transposer sa pratique à l'ensemble de ses activités physiques, intellectuelles et sociales.

Un art martial pour qui ?

Le Genki Dojo est fier d’accueillir des pratiquants des deux sexes, de tous âges et de tous niveaux. Même si l’entraînement s’y veut dynamique et prône une approche globale et authentique du combat, son ambiance conviviale et non-compétitive permet à chacun de s’intégrer et de travailler selon ses capacités.

Le Musho peut aussi bien convenir à des débutants désireux de se familiariser avec les arts martiaux dans leur globalité, qu’à des pratiquants confirmés d’autres disciplines cherchant à élargir leurs horizons à travers une approche ouverte mais pragmatique du combat.

Musho ou Ninpo ?

Le Musho prend ses racines dans le Ninpo, tel qu’enseigné par Shoto Tanemura au sein de l’école du Genbukan. Il en conserve d’ailleurs le kanji 法, qui permet d’appréhender la pratique martiale comme une philosophie de vie plus que comme une somme de techniques, et il poursuit les mêmes buts.
Ninpo et Ninjutsu restent cependant trop souvent associés à la vision fantasmée du ninja véhiculée par la culture populaire. C’est pour ne pas voir sa pratique parasitée par ce fantasme (souvent teinté de mysticisme et de secret) que le Genki Dojo a choisi de remplacer le 忍 du ninja par le 武 du guerrier.

Facebook Youtube Email